Ma nouvelle aventure à Dunsborough

Après 3 mois passés dans la ville de Perth, c’est une nouvelle aventure qui débute pour moi dans la ville de Dunsborough à 250 km au Sud. Durant mes premières semaines, un grand changement c’est imposé : achat d’un véhicule, nouveaux jobs et cadre paisible. Restez attentifs je vous détaille tout ci-dessous !

Adieu Perth

Ça y est, Perth c’est fini. Après y être resté durant mes 3 premiers mois en Australie, il était temps pour moi de partir pour une nouvelle aventure. Mon ressenti pour cette première grande ville et aventure ? Pour moi, Perth est une ville où il fait bon vivre. Ses architectures très récentes et en développement constant font partis des principaux atouts. Aussi, on ne peut pas négliger l’activité culturelle avec de nombreux festivals et événements.

Mon coup de cœur : Rottnest Island avec les mignons petits Quokkas et les magnifiques plages !

Mon coup de gueule : Beaucoup de SDF de “fous” et de backpacker Français (je pense que c’est pareil dans toutes les autres grandes villes d’Australie).

Mon expérience en auberge de jeunesse m’aura permis de faire de nombreuses rencontres y compris celle de Corentin, un français avec qui on a décidé de partir chercher du travail en ferme à Dunsborough.

 

Plage Rottnest Island
Rottnest Island, le premier lieu qui me vient à l'esprit quand je pense à Perth.

Comment je suis arrivé dans un bled comme celui de Dunsborough

Dunsborough est une petite ville d’environ 5 000 habitants qui se trouve à 250 km au Sud de Perth. Malgré sa faible population, on retrouve de nombreux commerces et services, du fait de son éloignement des grandes villes.

Pourquoi j’ai choisi Dunsborough pour ma nouvelle aventure ? C’est une suite d’événements, que je vais vous raconter, qui m’y ont mené. Ayant rapidement accroché au mode de vie australien, j’ai pris la décision d’obtenir l’opportunité de pouvoir revenir pour une seconde année de Working Holiday Visa. Pour acquérir ce second visa, il faut effectuer 88 jours de travaux spécifiques dans certaines zones.

Parmi ces travaux, le plus courant est de travailler dans la cueillette de fruits et légumes. Corentin cherchait lui aussi à faire ses 88 jours il ne nous manquait plus qu’à trouver une exploitation. Heureusement, quelques jours après mon arrivée à Perth j’avais rencontré 2 français qui avaient travaillé dans les vendanges au Sud du Western Australia. Quelques messages envoyés pour prendre des nouvelles et demander de l’aide et je me suis retrouvé avec le contact du recruteur pour la saison des vendanges. 

C’est ainsi que nous avons préparés nos sacs et valises pour partir en direction de Dunsborough à bord d’un bus pour une durée d’environ 4h15. Saison des vendanges, nous sommes là !

Arrivée à Dunsborough, c’est un cadre paisible et un accueil chaleureux que nous avons reçu : la découverte de la plage à 30 mètres de l’auberge de jeunesse et la soirée “repas gratuit” tous les vendredis avec un bon riz au curry à déguster.

Nouvelle aventure à Dunsborough
La plage que je vois tous les matins, à seulement 30 mètres de l'auberge.

Rythme intense, pas le temps de chômer

3 jours après notre arrivée, le lundi, on avait rencontré une allemande avec un véhicule qui cherchait aussi à faire ses jours de fermes. C’est ainsi que nous avions pu démarcher des agences et exploitations agricoles afin d’obtenir 2 offres d’emplois différentes pour le lendemain.

Nous avons donc commencé notre premier jour dans une exploitation familiale. J’ai rapidement été refroidi… Moi qui gagnait environ 130$ par jour à Perth avec UberEats en commençant mes journées à 9h30, je me suis retrouvé à gagné aux alentours de 50-70$ en me levant à 4h30 du matin pour finir entre 10h et midi. Puis, le soir même je reçois un message de Gary, le gars pour qui les 2 français avaient travaillé, me disant qu’il a besoin de nouveaux “pickers” (ramasseurs) pour mardi. Finalement, les gains dans son vignoble sont un tout petit peu plus élevé mais c’est toujours la misère. 

Étant donné que le salaire que nous recevons nous permettait tout juste à payer le logement et la nourriture, la seule solution était de trouver un second boulot pour les weekends et de rendre quelques services à des personnes. C’est pourquoi nous avons tous les deux trouvé un job dans un restaurant pour faire la plonge. Et c’est grâce à l’achat de mon premier véhicule australien que nous pouvons nous y rendre.

Petite bière en fin de journée dans les vignes
Petite bière en fin de journée dans les vignes

En route Michelle, euh Simone

Qui est Michelle ? C’est le 4X4 que j’ai acheté. Pourquoi ce nom ?  Eh bien parce que c’est l’allemande que nous avons rencontré et qui nous a conduit à de nombreux endroits gratuitement, y compris pour travailler en vigne. Cependant, au bout de quelques semaines Michelle (l’allemande pas le 4X4) nous a demandée de partager les frais d’essence. C’est ainsi que j’ai décidée de retirer le nom du 4X4 qui n’a pas encore trouvé de remplaçant.

Après cette petite histoire, place à la présentation. C’est un 4X4 Honda CR-V de 225 000 km que j’ai acheté. Vous pensez que c’est un gros kilométrage ? Pas du tout ! En Australie c’est courant d’avoir un véhicule aux alentours des 250 000 km on en trouve même jusqu’à 350 000 – 400 000 km parfois. Les vitesses sont automatiques donc aucun levier de vitesses et pédale d’embrayage, c’est très commun en Australie.

Comme dans les autres pays anglophones, la conduite est à gauche donc la place du conducteur est à droite dans un véhicule. Il m’a fallu quelques jours pour m’y habituer et rouler bien au centre de la voie. Mais j’avais déjà pris un peu l’habitude lorsque je faisais UberEats à vélo à Perth. 

Honda CR-V
Ma calèche australienne ahah

Les quelques sous que j’ai économisé à Dunsborough et l’achat du 4X4 me permettent maintenant d’être prêt à prendre les longues routes d’Australie pour mes futurs road-trips. D’ailleurs, je ne devrais pas tarder à faire mon premier ! Affaire à suivre…