Comment je vis le COVID-19 à l'autre bout du monde

Hey !! Voici des nouvelles fraîches de mon aventure en Australie. Je ne m’attarderai pas sur le COVID-19 pour la simple raison que j’essaie d’éviter de lire ou discuter à propos de ce sujet car c’est une source de négativité. Voila ça c’est dit. Mais ce que je peux vous raconter c’est que je suis en bonne santé et vous expliquer comment j’occupe mes longues journées.

En semi-confinement

L’Australie est relativement peu touchée par cet événement majeur ce qui en fait d’ailleurs un pays plutôt sûr actuellement. Cependant si la situation est aussi bonne c’est grâce aux restrictions importantes appliquées très tôt. Celles-ci sont d’ailleurs toujours en place et certaines devraient être maintenues pendant quelques temps.

Ici, il n’y a pas de confinement obligatoire mais uniquement un conseil du gouvernement de ne sortir qu’en cas de nécessité, ce que les Australiens respectent à la lettre. Par contre, comme en France, la plupart des entreprises sont fermées. De plus la saison agricole dans le Sud est terminée et par dessus tout les frontières inter-Etats et inter-régions du Western Australia sont fermées.

Ce qui, après mon road-trip, m’a amené à revenir sur mes pas à Dunsborough et trouver une façon d’économiser le maximum d’argent

Bienvenue à Mandalay Hostel

L’auberge de jeunesse de Dunsborough a indiqué à l’ensemble des backpackers que le prix resterait tel quel, même durant une situation exceptionnelle comme celle-ci. Naturellement je n’étais pas enchanté par l’idée de dépenser 180 $ par semaine, c’est pourquoi j’ai commencé à rechercher de nouvelles solutions.

Une solution des plus économiques était de trouver une colocation. Sur AirBnB, je suis tombé sur de grandes maisons de vacance qu’il était possible de louer pour 80 à 100 $ par semaine pour 6 à 8 personnes. En effet les prix ont fortement baissé étant donné la situation actuelle.

Il me manquait donc juste à trouver quelques personnes motivées par l’idée de faire une colocation. Et ça tombait bien car il y avait beaucoup de personne avec cette idée en tête à l’auberge. Après avoir discuté avec certaine de mes rencontres, l’un d’entre eux me dit qu’il a trouvé un chalet dans un resort pour 6 personnes. Son prix ? 60 $ par semaine (ce qui représente moins de 5 € par nuits) !!

Une fois le groupe de 6 personnes formé et une visite du chalet nous avons rapidement pris la décision de réserver. Et nous n’étions pas les seuls de l’hostel (auberge) à avoir trouvé les chalets de Mandalay Resort, car en 1 semaine il y avait 4 chalets réservés pour 16 personnes de l’auberge.

Bienvenu à Mandalay Hostel
Mes colocs à part les 2 personnes en bas à gauche. De gauche à droite : Argentine, Allemand, Allemande, Argentin et derrière Hollandais.

Ma première coloc

Ce changement de logement me permet aussi d’expérimenter ma première colocation. Je fréquentais déjà ces personnes depuis quelques mois mais cette fois c’est différent étant donné que l’on vit dans un espace plus petit et que l’on doit s‘occuper des espaces communs nous même.

Pour partir sur de bonnes bases nous avons lancé les “family dinner” chaque soir à tour de rôle quelqu’un préparait un super dîner pour tout le monde. Lors de mon tour, j’ai cuisiné des crêpes salées et sucrées avec de nombreuses garnitures (y compris du nutella et de la chantilly évidemment). Bon cela n’a duré que 1 ou 2 semaines mais c’est déjà ça.

Family Dinner
À table !!
Family Dinner
Je vous avez dit que c’était de super dîners. Miam !

Pour ma part la vie en coloc ne me dérange pas étant donné que je fais ma vie et m’occupe de tout ce à quoi je touche ou utilise. Parfois il me faut attendre pour cuisiner ou aller à la salle de bain mais ce n’est jamais un problème. Le seul petit problème est le frigo qui est blindé, après chaque courses il faut faire un tetris pour trouver une petite place. Heureusement que je ne suis pas un grand cuisinier.

Mes activités

Après vous avoir présenté mon nouveau mode de vie, laissez-moi vous expliquer mes occupations. Depuis maintenant presque 2 mois, ma vie se résume à vivre sur un canapé, bon je vous avoue en France c’était presque pareil.

C’est sur ce canapé, que je :

m’occupe de mon blog GlobeCorners, 

lis un livre sur l’entrepreneuriat

participe à la soirée film/série quotidienne avec mes camarades

suis sur l’ordinateur

joue sur mon téléphone

Canapé
Je crois que le canapé commence même à mémoriser la forme de mon corps sur le côté gauche haha !

Bon c’est vrai il m’arrive de sortir dehors pour aller faire les courses (car je suis bien obligé) mais aussi pour faire du kendama ! Qu’est-ce que c’est que ça ? En fait c’est comme un bilboquet mais en un peu plus évolué, le but est de faire des trickshots (figures). Un de mes colocs est un expert, il en fait depuis de nombreuses années et m’a converti. Cela demande beaucoup de patience et de précision de quoi m’occuper pendant de long moment.

Kendama
La famille Kendama ! Il y en a même un 5ème normalement.

Aussi, il m’arrive certains soirs d’aller marcher sur la plage pour aller voir le coucher de soleil. Même si celle-ci se trouve à 3 minutes à pied du chalet, la première fois que je m’y suis rendu c’était au bout de 3 semaines. Et chanceux comme je suis, j’ai eu la pluie sur le chemin du retour… De quoi ajouter une nouvelle mésaventure à ma liste.

Coucher de soleil
Coucher de soleil à 3 minutes à pied du chalet.

Je ne sais pas trop comment va se dérouler la suite de mon aventure en Australie à cause des restrictions. Pour le moment, je vais essayer de faire le plus rapidement possible mes jours de ferme pour obtenir un second VISA et peut être rentrer en France plus tôt après un voyage dans le nord du Western Australia. Mais j’espère que la situation évoluera et que je pourrais réaliser mon objectif de faire le tour de l’Australie, à voir. Je vous détaillerai tout-ça dans un nouvel article dès que j’ai des news !